Cours en ligne

Cours 3/7: La comparution de Jésus devant le sanhédrin (Mc 14, 53-65)

Ce cours revient sur les circonstances du procès juif de Jésus. Saint Marc met en évidence la totale partialité du sanhédrin.

Cours 3, 18 mn


Le texte: Mc 14, 53-65

53 Et ils emmenèrent Jésus chez le grand prêtre. Et tous les grands prêtres et les anciens et les scribes se rassemblent.

54 Et Pierre, de loin, le suivit jusqu’à l’intérieur du palais du grand-prêtre, et il était assis avec les valets et se chauffait à la flambée.

55 Or les grands prêtres et tout le sanhédrin cherchaient un témoignage contre Jésus pour le faire mourir et ils n’en trouvaient pas ;

56 car beaucoup témoignaient faussement contre lui et leurs témoignages n’étaient pas d’accord.

57 Et certains, se levant, témoignaient faussement contre lui, disant :

58 Nous l’avons entendu dire : « Je détruirai ce Sanctuaire fait de mains d’homme et en trois jours j’en rebâtirai un autre non fait de main d’homme. »

59 Mais même ainsi leurs témoignages n’étaient pas d’accord.

60 Et s’étant levé, au milieu, le grand prêtre interrogea Jésus disant : « Tu ne réponds rien à ce que ceux-là témoignent contre toi ? »

61 Mais il demeura silencieux et ne répondit rien. De nouveau le grand prêtre l’interrogea et lui dit : « Es-tu le Messie, le Fils du Béni ? »

62 Jésus dit : « Je suis et vous verrez le Fils de l’homme siégeant à la droite de la Puissance et venant sur les nuées du ciel. »

63 Mais le grand prêtre, ayant déchiré ses habits, dit : « Qu’avons-nous encore besoin de témoins ?

64 Vous avez entendu le blasphème. Que vous en semble ? » mais tous décrétèrent qu’il méritait la mort.

65 Et certains commencèrent à cracher sur lui, et à lui couvrir le visage et à le souffleter et à lui dire : « Prophétise ! » et les valets lui donnèrent des gifles.


Annexes


Recension des illustrations

Marie-Christine Varone
Bibliste, Marie-Christine Varone a enseigné le Nouveau Testament à la Faculté de Théologie de l’Université de Fribourg, à l’Ecole de la Foi ainsi qu’à l’Institut de Formation aux ministères (IFM).

6 commentaires

  1. Avatar

    Andrée Champagne

    2 mars 2018 - 1:49
    Répondre

    Merci… cela nous montre bien le chemin de la souffrance que Jesus homme à traverser pour nous sauver. Vos explications m’aident à comprendre la vie de notre sauveur.
    Andrée

  2. Avatar

    Marylène Rouiller

    2 mars 2018 - 8:52
    Répondre

    Chère Madame,

    Merci.
    J’ai été très touchée par le contraste existant entre l’extrême bonté de Jésus et la réponse opposée que donnent les Humains dans cette parodie de justice. Comme pour le cour 2, j’ai senti un acharnement… un phénomène de « meute » contre Jésus. Pour sa part, Jésus reste fidèle à Lui-même… un exemple d’authenticité. Cette fidèle authenticité, je l’ai ressentie très fort dans le cours 1 aussi.
    C’est authenticité de Celui qui se donne librement par amour ; l’Amour comme un fil conducteur de Sa vie et de Son don. Les Hommes n’y comprennent rien. C’est déroutant pour eux, en effet… (!)
    Ce cours est très vivant. J’ai l’impression d’être présente en personne dans les scènes que vous commentez. Bravo.
    Marylène Rouiller, 17 ch.de Montelly, 1007 Lausanne

  3. Avatar

    Adamou Kolokou Tonfo Tchuisse

    3 mars 2018 - 7:21
    Répondre

    Merci pour cet exposé qui nous montre la cruauté du comportement humain et les conséquences néfastes du péché.C’est vrai que c’est nos péchés que le Christ a porté et souffert au point de mourir pour nous. Ne pensez-vous pas que ce procès a été savamment monté pour, à tout prix, condamner Jésus et l’ecarté de la scène publique? Tous ceux qui étaient au sanhédrin crachant sur Jésus, est-ce que c’est les mêmes qui étaient là le dimanche des rameaux l’accueillant triomphalement?

    • Marie-Christine Varone

      Marie-Christine Varone

      9 mars 2018 - 12:16
      Répondre

      Cher Monsieur,

      Oui, je pense que vous avez raison, et Marc le montre avec insistance surtout lors des derniers jours de Jésus à Jérusalem (cf. le premier cours), le pouvoir religieux cherche à éliminer Jésus. De là à affirmer que le procès « a été savamment monté « , je n’oserais le dire. Sur quoi pouvait-il porter, sinon sur des questions religieuses, à savoir la Loi (Torah), le Messie et le Temple? Sur la Torah le débat a déjà eu lieu plus d’une fois et la compréhension que Jésus en a heurte profondément le autorités juives. Il restait donc la question du Temple et celle du Messie…
      N’oubliez pas que Marc ne nous livre pas le compte-rendu du procès. Une quarantaine d’années séparent la comparution de la version qu’en donne Marc (et si vous regardez, par exemple, celle de Jean vous verrez qu’elle est très différente, l’accent portant fort peu sur la rencontre avec le sanhédrin au profit d’un grand et solennel « dialogue » entre Jésus et Pilate…).
      L’important me paraît être le fait que la décision de déclarer Jésus coupable précède tout interrogatoire et oriente donc son déroulement.

      A propos des outrages (14,65) Marc ne dit pas qu’ils sont le fait de tous les membres du sanhédrin, mais bien de « certains ». Nous trouverons du reste au moment de la mise au tombeau (6ème cours) un vraisemblable membre de ce Conseil, Joseph d’Arimathie, qui s’engage en faveur de Jésus.

      Quant à la présence du sanhédrin lors de l’entrée de Jésus à Jérusalem (11,7-11), rien ne permet de penser que l’autorité juive a participé à ce cortège enthousiaste. Marc est du reste fort vague quant aux participants: il y a « ceux qui précédent et ceux qui suivent Jésus » (v.9)…

      Avec mes bons messages.

      M.-C. Varone

      Bien à vous.

  4. Avatar

    SIKAM LAKAK Léonnel

    24 avril 2018 - 11:20
    Répondre

    merci, bonsoir à tous,
    il est vrai que saint Marc nous montre que les grands prêtre et tout le Sanhédrin n’étaient pas d’accord pour tous les témoignages portés contre Jésus, (14,59) mais le fait que le grand prêtre déchire son vêtement doit avoir bouleverser les membres du grand conseil et même amener les autres par peur de son autorité à se tourner contre Jésus « Et certains commencèrent à cracher sur lui » (14,65) juste pour éviter de subir le même sort que lui,Donc nous pensons qu’il ne sont pas différent de ces foules qui admiraient et acclamaient Jésus pendant son entrée à Jérusalem et dès le Vendredi saint criaient de plus belle «Crucifie-le!».

    • Marie-Christine Varone

      Marie-Christine Varone

      26 avril 2018 - 5:27
      Répondre

      Ce ne sont pas les grands prêtres et le sanhédrin qui ne sont pas d’accord, mais bien les témoignages (vraisemblablement extérieurs) qui divergent (ce qui est assez normal s’ils sont faux!) et enlèvent au sanhédrin un prétexte pour condamner Jésus à mort.
      Si le grand prêtre déchire son vêtement c’est pour protester contre la déclaration de Jésus et montrer qu’il se désolidarise complètement de ce que Jésus laisse entendre à son propos.
      Quant aux crachats (émanant de membres du sanhédrin chez Mc) ils sont un pur geste de mépris.

      Je ne vois aucun argument pour dire que les membres du sanhédrin seraient d’une quelconque manière favorables à Jésus et « retourneraient leur veste » au moment de sa comparution. Je vous laisse reprendre le cours d’introduction qui met en évidence toute l’opposition grandissante du sanhédrin vis-à-vis de Jésus, et relire Mc 11,18; 11,27s.; 12,12; 12,13; 14,1-2; 14,11 passages qui souligne le projet d’élimination du sanhédrin.

Partagez vos questions!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *